Fautes de français courantes

Publié le par Finally Over

Offrez-vous les services orthographiques (correction, coaching...) d'un champion du monde de Scrabble® dans la catégorie Prestations.

F
lorilège des fautes de français les plus courantes relevées dans les médias.

Voir aussi le portail thématique Langue française.

Pour proposer d'autres fautes courantes, contactez le webmestre.
 

Maitre Capello
Sous le haut patronage
de feu Maître Capello

bernard cerquiglini professeur
"Ne craignons pas d'être un peu
puristes, à bon escient du moins."

Cliquez sur chaque lien ci-dessous pour obtenir les explications correspondantes, puis sur les vignettes du professeur Bernard Cerquiglini pour des informations complémentaires.

Achalandé / Approvisionné
À cor et à cri
À dada sur mon bidet (cheval)
À l'attention de / À l'intention de
Alcoolique / Alcoolisée (boisson)
Aller de pair
Allumer, éteindre
Anagramme
Après que
Arrête ton charre
Artichaut
Aujourd'hui (au, le jour d')
Au temps pour moi / Autant pour moi
Avoir l'air
Avoir voix au chapitre
Bâfrer
Bénite / Bénie
Bilingue / "Bilangue"
Bistouri / Scalpel
Capitaine d'industrie / Chevalier d'industrie
Capitale / Majuscule
Célébrer / Commémorer
Clore / Clôturer (fermer)
Couper court
Cousins germains / Cousins issus de germains
Couvrez ce sein que je ne saurais voir
Culpabiliser
Démanger / Gratter
Deuxième / Second
Échappatoire
Émigré / Immigré
Espace (typographique)
Espèce
Essuyer / Effacer
Excusez-moi / Je m'excuse
Faire bonne chère
Finalement
Goulet d'étranglement
Graphies et prononciations
Je suis allé / J'ai été
La plupart
Le même... que le tien
Liste de discussion / Liste de diffusion
Loin de là
Malgré
Manchot / Pingouin
Margherita / Margarita
Menu du restaurant
Mnémotechnique
Mongol / Mongolien
Néerlandais, Pays-Bas / Hollandais, Hollande
Ne pas être sans savoir
Nouvelles techniques / Nouvelles technologies
Opportunité / Occasion
Pallier
Placer la barre très haut
Plain-pied (de)
Possible et imaginable
Quiz
Rappeler (se)
Rebattre les oreilles
Rébellion, réclusion, etc.
Rétractation / Rétraction
Sabrer le champagne / Sabler le champagne
Savoir gré
Sens dessus dessous
Tomber comme à gravelotte
Tonnerre d'applaudissements / Tollé
Vingt fois sur le métier, remettez votre ouvrage

ACHALANDÉ

"Approvisionné"
Dans l'expression soignée, il est recommandé d'employer l'adjectif "achalandé" dans le seul sens de "qui a de nombreux clients", en parlant d'un commerce ou de la personne qui le tient (chaland = client). Comme un magasin qui attire de nombreux clients est, en principe, bien approvisionné, dans la langue courante, par un glissement du sens de l'effet à la cause, cet adjectif a fini par qualifier un commerce "bien approvisionné, fourni en marchandises abondantes et variées". Dans la 9e édition de son dictionnaire, l'Académie française enregistre cette extension de sens, aujourd'hui courante, en précisant qu'il s'agit d'un abus de langage.

À COR ET À CRI

"À corps et à cri"
Cette expression, qui provient de la chasse ("chasser à cor et à cri"), signifie "(chasser) à grand bruit", avec le cor (instrument à vent) et les chiens. 

À DADA SUR MON BIDET (CHEVAL)

"À dada sur mon bidet (cuvette)"
Dans le titre de cette comptine populaire, chanson enfantine pour sauter sur les genoux, le bidet désigne non pas la cuvette sur pied destinée aux ablutions intimes, mais un petit cheval de selle, à ne pas non plus confondre avec le baudet, qui désigne familièrement un âne. 

À L'ATTENTION DE

"À l'intention de"
Dans une correspondance administrative, la formule à faire figurer en tête d'une lettre est "à l'attention de", qui permet à la fois de désigner le destinataire à l'attention duquel cette lettre est portée et de requérir son intérêt. Cette locution est donc à distinguer de "à l'intention de", préposition de but signifiant "pour, en l'honneur de, à la faveur de".

bernard cerquiglini professeur

ALCOOLIQUE (boisson)

"Le whisky, boisson alcoolisée"
Une boisson alcoolique (bière, cidre, rhum, vin, whisky, etc.) est une boisson fermentée ou distillée contenant naturellement de l'alcool, alors qu'une boisson alcoolisée (liqueur, pastis, porto, etc.) résulte de l'ajout d'alcool dans une boisson non alcoolisée à la base.

ALLER DE PAIR

"Aller de paire"
Cette expression, qui signifie "aller ensemble en étant sur le même rang", n'a rien à voir avec deux éléments ou deux êtres qui font la paire, comme l'illustre fort bien cette devise de Benoît XVI : "Foi, espérance et charité vont de pair."

bernard cerquiglini professeur

ALLUMER, ÉTEINDRE

"Ouvrir la télévision, fermer la lumière"
On allume et on éteint la télévision ou la lumière, par pression sur un bouton ou un interrupteur. Ouvrir la télévision – qui désigne familèrement le poste de télévision ou téléviseur – est ce que fait le réparateur pour voir ce qu'il se passe à l'intérieur de l'appareil et non pas sur l'écran !

ANAGRAMME

"Un anagramme"
Ce mot est toujours de genre féminin. Le seul autre mot de genre féminin se terminant par –GRAMME est ÉPIGRAMME, au sens de "petite pièce satirique", qui est par ailleurs de genre masculin, au sens de "haut de côtelettes d’agneau".

APRÈS QUE

"Après qu’il ait..."
Cette locution conjonctive doit être suivie de l’indicatif et non du subjonctif, même si ce dernier emploi tend à se répandre dans l’usage, par analogie avec la locution "avant que", laquelle appelle bien le subjonctif.

bernard cerquiglini professeur

ARRÊTE TON CHARRE

"Arrête ton char"
Cette expression est un jeu de mot avec "char" (véhicule) et "charre" (exagération, mot dérivé de "charrier"). Elle assimile celui que l'on essaie d'arrêter de dire des bêtises au véhicule, lancé à grande vitesse, qu'il faut tenter de stopper.

ARTICHAUT

"Artichaud"
L'artichaut pousse dans une artichautière et non dans une chaudière ! En signalant cette faute repérée dans le menu d'un bistro, un serveur m'a dit qu'il indiquait volontairement la graphie erronée "artichaud", car quand il avait voulu la corriger, de nombreux clients lui avaient signalé une faute !

AUJOURD'HUI

"Au, le jour d'aujourd'hui"
L'ancien français "hui" nous vient phonétiquement de l'adverbe latin hodie, qui signifie "en ce jour-ci". L'expression "au jour d'aujourd'hui" équivaut donc à "au jour d'au jour d'en ce jour-ci" ! Tout en constatant que cette expression est un pléonasme populaire et fort peu recommandable, Littré estime qu'elle n'a pas été mal employée dans cette citation : "Nous n'avons à nous que le jour d'aujourd'hui !" (Lamartine, L'Homme).

bernard cerquiglini professeur

AU TEMPS POUR MOI (pour s'excuser)

"Autant pour moi"
Si l'on se réfère au grand Maurice (Grevisse) et au Petit Robert, il faut écrire "au temps pour moi", référence militaire aux "temps" (mouvements) qui s'enchaînent pour former un mouvement complexe comme, dans le maniement d'une arme, pour épauler un fusil. En cas de maladresse, on est tenu de revenir au temps précédent. L'expression "au temps pour moi" ne signifie donc pas seulement que l'on reconnaît son erreur, mais que l'on concède que l'on va reprendre les choses depuis le début.

Pour autant (!), cette explication normative traditionnelle est activement contestée par une minorité, qui revendique l’usage de la graphie "autant pour moi", forme elliptique de "c’est autant pour moi". Son chef de file, l’écrivain et historien du langage Claude Duneton, affirme que l’expression "au temps", dans son sens propre, n'est pas utilisée par les militaires, et qu'elle doit se comprendre comme "Je ne suis pas meilleur qu'un autre, j'ai autant d'erreurs que vous à mon service : autant pour moi".

En outre, il croit trouver un argument en faveur de "autant pour moi" dans l’expression idiomatique anglaise "so much for". Mais ce qu'il considère comme son argument ultime est la présence, dans le Dictionnaire des Curiositez françoises de 1640, de l'expression "autant pour le brodeur", décrite comme "raillerie pour ne pas approuver ce que l'on dit".

À la buvette, un client commande :
– Un jus d'orange, s'il vous plaît
Puis un autre client :
– Autant pour moi (un jus d'orange aussi)
Euh, au temps pour moi... Une limonade !

bernard cerquiglini professeur

AVOIR L'AIR

"Elle a l'air sérieux"
Certains estiment, à tort, que l'adjectif qui suit l'expression "elle a l'air" s'accorde toujours avec "l'air" et non avec le sujet. Tout dépend en fait du sens donné à  la phrase. "Elle a l'air sérieuse" signifie qu'elle semble sérieuse, mais si on pense à sa mine, sa physionomie ou son allure, l'adjectif s'accorde avec "air" : "Elle a l'air sérieux" (son air est sérieux). Si "avoir l'air" est suivi d'un complément, l'accord se fait obligatoirement avec "air" : "Elle a l'air sérieux comme un pape". 

AVOIR VOIX AU CHAPITRE

"Avoir droit au chapitre"
"Avoir voix au chapitre", c'est avoir le droit ou l'autorité d'exprimer son opinion, de participer à une délibération et par extension, avoir autorité pour se mêler d'une affaire. Autrefois, le chapitre désignait une assemblée de religieux réunis pour discuter de leurs affaires et des décisions à prendre. Avoir voix au chapitre, c'était avoir le droit de participer à ces discussions.

BÂFRER

"Se bâfrer"
"Bâfrer", c'est déjà se goinfrer, manger avec excès, donc il ne faut pas être trop gourmand : on ne "se bâfre" pas, mais on bâfre, tout simplement !

BÉNITE

"L'eau a été bénie"
BÉNI est le participe passé normal du verbe BÉNIR, qui signifie, en parlant de Dieu ou d'une divinité, répandre sa bénédiction, placer sous sa protection, récompenser. Cependant, ce participe passé peut conserver son T final, par influence du latin benedicTus, en contexte religieux strict. En effet, l'adjectif BÉNIT s'emploie aussi comme participe passé quand il s'applique à ce qui a reçu la bénédiction d'un prêtre, selon les rites prescrits (l'eau a été bénite). À titre d'anecdote, cette distinction a été clairement établie, dans son dictionnaire, par le lexicographe Émile Littré, pourtant farouche anticlérical ! Toutefois, d'après le dictionnaire de l'Académie (1935), l'emploi de l'adjectif BÉNIT comme participe passé de BÉNIR semble archaïque.

bernard cerquiglini professeur

BILINGUE

"Bilangue"
Un cursus dit "bilangue", dans lequel les élèves étudient deux langues vivantes en parallèle dès l'entrée en sixième, est à distinguer d'un cursus bilingue, dans lequel certains cours - pas uniquement linguistiques - sont dispensés à parité horaire en deux langues différentes (la langue maternelle et la langue apprise).

BISTOURI

"Scalpel"
Le bistouri et le scalpel sont deux instruments chirurgicaux en forme de couteau : le bistouri, à lame fixe ou mobile, est utilisé pour l'incision dans les chairs, alors que le scalpel, à lame fixe, est destiné à la dissection (en autopsie).

CAPITAINE D'INDUSTRIE

"Chevalier d'industrie"
Le capitaine d'industrie est un grand patron du domaine industriel, et le chevalier d'industrie un escroc.

CAPITALE

"Majuscule"
En typographie, la capitale désigne un grand caractère (B est la capitale de b) souvent confondu avec la majuscule, caractère situé au début de certains mots, le plus souvent représenté par une capitale.

CÉLÉBRER

"Commémorer un anniversaire"
Les verbes CÉLÉBRER et COMMÉMORER ont en commun l'idée de souligner un fait important. CÉLÉBRER peut signifier "accomplir solennellement une action", "fêter un événement" (anniversaire, mariage) ou, dans un style plus littéraire, "faire publiquement l'éloge de quelqu'un ou de quelque chose », alors que COMMÉMORER a pour seul sens "rappeler par une cérémonie le souvenir d'une personne ou d'un événement".

CLORE (fermer)

"Clôturer"
Les verbes CLORE et CLÔTURER, qui appartiennent à la même famille étymologique, partagent le sens propre de "entourer, fermer avec une clôture" et le sens figuré de "terminer, déclaré terminé ou mettre un terme à".

Cependant, les puristes considèrent que le sens figuré de CLÔTURER est employé abusivement et devrait être réservé au verbe CLORE. Or, le caractère défectif de ce dernier (sa conjugaison est incomplète) explique qu'un verbe voisin non défectif tel que CLÔTURER l'ait progressivement remplacé au sens figuré et ait réussi à s’implanter dans l'usage. Il convient cependant d'éviter d'employer CLÔTURER au sens de "fermer".

COUPER COURT

"Couper cours"
"Couper court" ne signifie pas "interrompre le cours de" mais "raccourcir", au sens de "mettre fin en interrompant brutalement". Le sens est ici figuré mais pensez, par exemple, au gazon que l'on a raccourci en le coupant court. Songez enfin que Jean-Jacques Rousseau, lui-même, écrit "couper cours" au lieu de "couper court !" : "Un avis très important et propre à couper cours au mal qu'on aura pu prévenir", Lettre du prince de Wurtemberg, 1763.

COUSINS GERMAINS

"Cousins issus de germains"
Des cousins germains sont des personnes ayant au moins un grand-père ou une grand-mère communs (parenté au deuxième degré). Quant aux cousins issus de germains, ce sont des personnes ayant un arrière-grand-père ou une arrière-grand-mère communs (parenté au troisième degré), comme le sont, par exemple, vos enfants et ceux de vos cousins germains.

COUVREZ CE SEIN QUE JE NE SAURAIS VOIR

"Cachez ce sein que je ne saurais voir"
Cette citation, extraite du Tartuffe, est souvent mal retranscrite, puisque Molière a en réalité écrit : "couvrez ce sein que je ne saurais voir". Faites le test autour de vous... Presque tout le monde dira "cachez" au lieu de "couvrez" !

CULPABILISER

"Se culpabiliser"
"Culpabiliser", c'est déjà se sentir coupable de quelque chose, donc il ne faut pas se lamenter davantage : on ne "se culpabilise" pas, mais on culpabilise, tout simplement !

DÉMANGER

"Ça me gratte"
On gratte une partie de son corps lorsque celle-ci démange. En langage châtié, il ne faut donc pas écrire "ça me gratte" – qui constitue une impropriété – mais "ça me démange".

DEUXIÈME

"Second"
L'Académie française et Littré contestent formellement la distinction faite communément entre SECOND et DEUXIÈME, en fonction du nombre d'éléments d'une série. La seule différence réelle entre les deux termes réside en ce que SECOND appartient à la langue soignée.

bernard cerquiglini professeur

ÉCHAPPATOIRE

"Un échappatoire"
Ce mot est toujours de genre féminin. Dur d’échapper à cette faute si l'on pense à un EXUTOIRE, qu’il faut pourtant écrire à l’aide d’une ÉCRITOIRE !

ÉMIGRÉ

"Immigré"
L'émigré ou "expatrié" quitte son pays d'origine pour un autre (migrant du point de vue du pays de départ), alors que l'immigré entre dans un pays étranger pour s'y fixer durablement (migrant du point de vue du pays de destination).

ESPACE (typographique)

"Un espace"
En typographie, on parle d'une espace au féminin, terme qui désigne la petite tige métallique utilisée par les typographes pour espacer les mots ou les lettres et, par extension, le blanc entre les mots ou les lettres. Cela dit, dans le langage courant, il n'est pas incorrect d'employer "un espace" au masculin, au sens général d'un "intervalle entre deux mots".

ESPÈCE

"Un espèce de..."
Ce mot est toujours de genre féminin, y compris lorsqu'il est suivi d'un nom masculin. Exemple : "une espèce de fou" qui équivaut à "une sorte de fou". Cette faute est assurément l'une des plus fréquentes, tous médias confondus !

bernard cerquiglini professeur

ESSUYER

"Effacer le tableau"
On essuie le tableau à l'aide d'un linge qui en absorbe l'humidité, mais on en efface les écrits qui, eux seuls, disparaissent.

EXCUSEZ-MOI (demande de pardon)

"Je m'excuse"
Bien que critiquée, la tournure "je m'excuse" est tout à fait correcte au sens de "je présente mes excuses". Cependant, dans un style plus soutenu et eu égard aux usages de la politesse, devront lui être préférées des tournures comme "veuillez m'excuser", "je vous prie de m'excuser", "(je vous présente) toutes mes excuses" ou "excusez-moi". En effet, lorsque l'on demande pardon à quelqu'un, dire "je m'excuse" revient à se pardonner à soi-même. C'est pourquoi tous les linguistes jugent cette tournure impolie et incorrecte.

FAIRE BONNE CHÈRE

"Faire bonne chair"
Le mot "chère" est issu du bas latin cara (visage). L'expression "faire bonne chère" a d'abord pris le sens étymologique de faire bonne figure, faire bon accueil à quelqu'un. Par métonymie, on passe ensuite de l'accueil à la table, à la nourriture et au sens plus général de repas, sans doute par influence de l'homonyme "chair" qui évoque la viande. Aujourd'hui, "faire bonne chère" signifie "faire un bon repas" et traduit le bon accueil des convives.

bernard cerquiglini professeur

FINALEMENT

"Au final"
Bien qu'assez répandue, la construction "au final", qui fait de l’adjectif "final" un substantif, est jugée grammaticalement fautive par l’Académie française, qui recommande de lui préférer "finalement", "pour finir", "à la fin", "en définitive", "en dernier lieu", "en dernier ressort", "en dernière analyse", etc.

GOULET D'ÉTRANGLEMENT

"Goulot d'étranglement"
À l'origine, cette expression fait référence au "goulet", terme de marine désignant un passage étroit à l'entrée d'un port ou d'une rade. Dans le registre relâché, elle est souvent transformée en "goulot d'étranglement", par référence au col resserré d'une bouteille ou d'un vase. Le goulet originel est cependant à privilégier.

GRAPHIES ET PRONONCIATIONS

"Dilemne, indemme", etc.
Certains mots engendrent des fautes d'orthographe liées à une mauvaise prononciation  récurrente. Voici comment les écrire : AÉROPORT, ARÉOPAGE, CARDAMOME, DILEMME,  GAGEURE [-jur], INDEMNE, MALIGNE, OBNUBILÉ,  SARLADAISE, etc.

JE SUIS ALLÉ

"J'ai été"
Aux temps composés, le remplacement du verbe "aller" par le verbe "être" relève du langage familier. Cela étant, lorsqu'il y a une notion de mouvement, il faut écrire "je suis allé au cinéma" (= "je me suis rendu au cinéma") et non "j’ai été au cinéma". Cependant, cette dernière phrase peut être correcte si elle est employée dans le sens de "je me suis trouvé, à un moment donné, au cinéma".

LA PLUPART

"La plupart est"
L'accord du verbe s'effectue toujours avec le complément de "la plupart", en genre comme en nombre : "la plupart des oiseaux volent", "la plupart du temps se passait à lire". Si "la plupart" est employé seul, sans complément, le verbe dont il est sujet se met au pluriel : "la plupart étaient absents".

LE MÊME... QUE LE TIEN

"Le même... que toi"
Il faut, par exemple, écrire "j'ai le même pull que le tien" et non "j'ai le même pull que toi", car tu n'es pas un pull !

LISTE DE DISCUSSION

"Liste de diffusion"
Il ne faut pas confondre "liste de discussion" et "liste de diffusion" : toutes deux ont en commun de s'appuyer sur la messagerie, mais n'ont pas la même finalité. La liste de discussion (mailing-list) permet des échanges par mail entre internautes intéressés par un même sujet, alors que la liste de diffusion (lettre d'information, newsletter) permet à son propriétaire de diffuser, à sens unique, des informations à tous ses abonnés.
Plus de détails...

LOIN DE LÀ

"Loin s'en faut"
Cette locution fautive très fréquente est issue du croisement des locutions "loin de là" et "tant s'en faut", qui signifient "il s'en faut de beaucoup".

MALGRÉ

"Malgré que"
Suivie d’un nom, cette préposition a le sens de "en dépit de" et suivie d’un pronom, elle a le sens de "contre le gré de". La construction "malgré que" suivie d’un verbe au subjonctif, bien que courante et utilisée par des écrivains consacrés (Claudel, Gide, Rousseau, etc.), est cependant réprouvée par les puristes, d’autant plus quand elle est suivie d’un verbe à l’indicatif...

bernard cerquiglini professeur

MANCHOT

"Pingouin"
En raison de la ressemblance physique entre le manchot empereur de l'Antarctique et le grand pingouin de l'Arctique, le manchot et le pingouin sont fréquemment confondus, d'autant plus que le manchot a pour traduction anglaise "penguin". Or, ces deux palmipèdes présentent des différences importantes : le pingouin (oiseau de l'ordre des charadriiformes) vit dans l'hémisphère Nord et peut voler, alors que le manchot (oiseau de l'ordre des sphénisciformes) vit dans l'hémisphère Sud et ne peut pas voler, ses ailes atrophiées lui servant de nageoires.

MARGHERITA (pizza)

"Pizza margarita"
Du fait de leurs prononciations voisines, les termes MARGHERITA (nom déposé) et MARGARITA engendrent souvent une confusion de sens. Le premier désigne une pizza, créée en l'honneur de Marguerite de Savoie, donc aux couleurs de l'Italie, et le second un célèbre cocktail à base de tequila (écrit aussi MARGHERITA dans certaines régions).

MENU DU RESTAURANT

"Profitterolle", etc.
Certains mets engendrent souvent des fautes d'orthographe ou de genre... quand ce ne sont pas des fautes de goût ! Voici ce qu'il faut écrire : ARTICHAUT (qui pousse dans une artichautière et non dans une chaudière...), CANNELLONI, CARDAMOME, ÉCHALOTE, MESCLUN, PLEUROTE (nom masculin), PICCALILLI, PROFITEROLE, SARLADAISE, STEAK, etc.

Au restaurant, Alphonse Allais examine avec soin la carte et le menu. Il finit par commander :
– Donnez-moi, pour commencer... une faute d'orthographe !
Le garçon, imperturbable, répond du tac au tac :
– Il n'y en a pas, Monsieur Allais.
– Alors, dans ce cas, pourquoi les mettez-vous sur le menu ?

MNÉMOTECHNIQUE

"Mémotechnique"
La mnémotechnique ou mnémotechnie (du grec mnêmê "mémoire") est l'art d'aider la mémoire par des procédés d'association mentale facilitant l'acquisition et la restitution des souvenirs. Par influence de la mémoire, la mauvaise orthographe "mémotechnique" est couramment utilisée.

MONGOL

"Mongolien"
Le nom "Mongol" désigne un habitant de la Mongolie, pays d'Asie centrale. Le nom "Mongolien", ancien synonyme de "Mongol", désigne aujourd'hui une personne atteinte de mongolisme, maladie congénitale associée à des malformations physiques. Si vous dites à un Mongol qu'il est mongolien, ne vous étonnez pas de sa vive réaction !

NÉERLANDAIS, PAYS-BAS

"Hollandais, Hollande"
Les Pays-Bas sont aujourd'hui constitués de douze provinces. Deux d'entre elles, la Hollande-Septentrionale et la Hollande-Méridionale, formaient, jusqu’en 1840, la province de Hollande.

Compte tenu de l’importance historique de cette ancienne province, les termes "Hollande" et "Hollandais" sont, de nos jours, couramment utilisés pour désigner l'ensemble des Pays-Bas et de leurs habitants, bien que ces appellations n'aient aucun caractère officiel.

Les termes "Hollande" et "Hollandais" peuvent, cependant, être utilisés officiellement pour désigner l'ensemble des Pays-Bas et de leurs habitants, mais uniquement par évocation du "royaume de Hollande", État satellite français créé en 1806 par Napoléon Ier, en remplacement de la République batave.

NE PAS ÊTRE SANS SAVOIR

"Ne pas être sans ignorer..."
Une erreur courante consiste à dire "vous n'êtes pas sans ignorer", alors que c'est le sens de "vous n'êtes pas sans savoir" qui est recherché, la double négation signifiant "vous savez", ou encore "vous êtes sans ignorer...".   

NOUVELLES TECHNIQUES

"Nouvelles technologies"
Le Grand Robert considère que dans son sens de "technique de pointe, moderne et complexe", "technologie" est un anglicisme utilisé de manière abusive, souvent pour des raisons d'emphase publicitaire, car considéré comme plus noble et plus chargé de science. Dans le même esprit, le Comité d'étude des termes techniques français a censuré cette surcharge suffixale "ologie", qui génère une confusion sémantique. Curieuse manie que celle de rallonger des mots, alors que certains expliquent le relatif succès des anglicismes par leur brièveté !

OPPORTUNITÉ

"Occasion"
Sous l’influence de l’anglais opportunity, dont le sens est très général, le substantif "opportunité" a pris le sens de "simple occasion", perdant ainsi le lien avec l’adjectif latin opportunus dont il dérive et qui signifie "occasion favorable". Au sens ordinaire, il est donc opportun de sauvegarder la spécificité du mot "opportunité" et de privilégier l’emploi de termes comme "perspective", "possibilité" ou "occasion".

bernard cerquiglini professeur

PALLIER

"Pallier à..."
Ce verbe est issu du latin palliare "couvrir d'un manteau" (par analogie avec PALLIUM). Pallier revient donc, en quelque sorte, à "couvrir ses erreurs d'un manteau !" Pallier une chose, c’est la dissimuler, l’atténuer, la combler, y remédier. La construction sur le modèle de "remédier à", bien que courante et utilisée par des écrivains consacrés (Gide, Camus, etc.), est cependant réprouvée par les puristes.

PLACER LA BARRE TRÈS HAUT

"Placer la barre très haute"
Dans cette expression, employée par allusion sportive pour évoquer un défi difficile à relever, "haut" est un adverbe et non pas un adjectif. La barre est donc haut placée (à un haut niveau), indépendamment de la taille de ladite barre, que celle-ci soit basse ou haute. Cette faute est assurément l'une des plus fréquentes, tous médias confondus !

PLAIN-PIED (DE)

"De plein pied"
Cette locution adverbiale, qui comprend un trait d'union et l'adjectif PLAIN, est utilisée pour désigner les pièces d'une maison situées au même niveau et, par extension, ce qui est sur un pied d'égalité.

POSSIBLE ET IMAGINABLE

"Toutes les fautes possibles et inimaginables"
Si elles sont possibles, c'est donc qu'elles ne sont pas inimaginables !

QUIZ

"Quizz"
Ce terme, qui désigne un jeu ou un concours par questions et réponses, vient de l'anglais to quiz "questionner, interroger".

RAPPELER (SE)

"Se rappeler de..."
"Se rappeler une chose", c’est se la remémorer, s’en souvenir, mais surtout pas "se rappeler de cette chose" ni "s’en rappeler", qui sont des solécismes. La forme "se rappeler de" n’est possible qu’avec une construction du type : "Je me rappelle de quelle façon...".

bernard cerquiglini professeur

REBATTRE LES OREILLES

"Rabattre les oreilles"
"Rebattre les oreilles à quelqu'un de quelque chose", c'est lui en parler continuellement, le lui répéter à satiété. Dès lors, on comprend mieux pourquoi les oreilles de la victime ont physiquement tendance à se rabattre...

RÉBELLION, RÉCLUSION, etc.

"Rebellion, reclusion, etc."
Quand on connaît l'orthographe ou la prononciation d'un mot, on en déduit parfois, à tort, celles d'autres mots de la même famille :
REBELLE  RÉBELLION
RECLURE  RÉCLUSION
RELIGIEUX, RELIGION, RELIGIOSITÉ → IRRÉLIGIEUX, IRRÉLIGION, IRRÉLIGIOSITÉ
REMÈDE, REMÉDIATION, REMÉDIER → IRRÉMÉDIABLE
REPLET → RÉPLÉTIF, RÉPLÉTION
REPROCHABLE, REPROCHE, REPROCHER → IRRÉPROCHABLE
REVERSER → RÉVERSION
TENACE, TENACEMENT → TÉNACITÉ
 

RÉTRACTATION

"Rétraction"
Il ne faut pas confondre RÉTRACTATION (désaveu de ce que l'on a fait ou dit) et RÉTRACTION (contraction de certains tissus ou organes).

SABRER LE CHAMPAGNE

"Sabler le champagne"
On entend souvent l'expression "sabler le champagne" employée au sens erroné d'ouvrir une bouteille de champagne.

Sabler le champagne a d'abord pris le sens de boire en une seule gorgée, par analogie avec le terme technique sabler (couler dans un moule en sable), puis celui de boire en abondance lors d'une réjouissance.

Sabrer le champagne est une tradition qui remonte aux glorieux hussards de la garde napoléonienne qui, au retour de la bataille, ouvraient les bouteilles d'un revers de lame en faisant sauter le bouchon, rendant par ce geste hommage à la victoire, à la vigueur, à la virilité et aux dames.

Il faut donc bien sabrer le champagne pour pouvoir ensuite le sabler !

bernard cerquiglini professeur

SAVOIR GRÉ

"Je vous serais gré"
Le mot GRÉ, qui a aujourd’hui le sens de "ce qui convient", "ce qui plaît", "ce à quoi l’on consent volontairement", signifiait jadis "reconnaissance, gratitude". Ce sens ancien ne survit que dans la locution "savoir gré" (à quelqu’un de quelque chose), utilisée surtout comme formule de politesse au sens de "savoir [être conscient] que l’on doit sa gratitude". Le plus souvent utilisée au conditionnel, l’expression "je vous saurais gré" est fréquemment écrite, à tort, "je vous serais gré", par confusion des prononciations voisines des formes conjuguées des verbes SAVOIR et ÊTRE.

SENS DESSUS DESSOUS

"Sans dessus dessous"
Le piège homonymique par excellence ! Cette expression, initialement employée sous la forme "c'en dessus dessous" soit, littéralement, "ce (qui est) en dessus (étant) dessous", signifie : dans une position telle que ce qui devrait être dessus se trouve dessous et inversement (à l'envers).

TOMBER COMME À GRAVELOTTE

"Tomber comme de la gravelotte"
Cette expression tire son origine du nom d'une commune de Moselle qui fut le siège d'une terrible bataille entre la France et la Prusse, le 18 août 1870. La densité des tirs et le nombre de soldats tombés sur le champ de bataille furent tels qu'aujourd'hui, quand il pleut énormément, on dit par analogie "ça tombe comme à Gravelotte" ou "il pleut comme à Gravelotte".

TONNERRE D'APPLAUDISSEMENTS

"Tollé d'applaudissements"
Un tollé désigne généralement une clameur de protestation ou un mouvement collectif d'indignation. Selon le Grand Larousse de la langue française, on peut parler, plus rarement et sans idée de protestation, d'un tollé de rires et d'applaudissements, mais on parle beaucoup plus couramment d'un tonnerre d'applaudissements, le mot "tonnerre" désignant une manifestation bruyante d'approbation ou de désapprobation.

VINGT FOIS SUR LE MÉTIER, REMETTEZ VOTRE OUVRAGE

"Cent fois sur le métier, remettez votre ouvrage"
Cette citation, extraite de L'Art poétique, est très fréquemment mal retranscrite, puisque Boileau a en réalité écrit : "vingt fois sur le métier, remettez votre ouvrage". Faites le test autour de vous... Presque tout le monde dira "cent" au lieu de "vingt" !

N. B. : Toute reproduction totale ou partielle du contenu de cette rubrique sur un site tiers, sans autorisation, est strictement interdite. En revanche, il est permis d'insérer un lien pointant vers cette page.

bouton-sommaire